Mitsubishi Motors – Génial à tout point de vue

Beaucoup de choses qui vont de soi pour les automobilistes actuels proviennent de la force d’innovation des ingénieurs Mitsubishi. En voici quelques exemples:

 

La première voiture particulière tout-terrain et diesel

La PX-33, présentée en 1934, a été une révolution, même si elle n'a pas connu de succès dans un Japon alors pauvre et peu évolué sur le plan technique. Sa technique d’entraînement était unique au monde. Elle était le premier véhicule de série à traction intégrale et à moteur diesel. Son six-cylindres de 4,4 litres très coupleux avait une puissance de 70 ch. Grâce à une traction intégrale robuste, la PX-33 ne connaissait de limites ni sur la route ni dans le terrain. Ainsi cette grande 4-portes est l’ancêtre authentique des SUV et tous-terrains modernes, d'autant plus qu’elle pouvait transporter jusqu’à 7 personnes.

La première injection centrale électronique

En 1981, Mitsubishi a équipé pour la première fois la Lancer Turbo d’une injection centrale à réglage électronique. Le «cœur» de l’injection centrale ECI était un débitmètre d'air. Mitsubishi était alors un pionnier de cette technologie.

Le premier train de roulement électronique

Pour le coupé Sapporo 4-places et les limousines Galant et Sigma, Mitsubishi a développé déjà en 1987 toutes sortes de systèmes électroniques novateurs. Entre autres un train de roulement asservi, avec des amortisseurs dont la dureté était commandée électroniquement.

Quatre roues directrices, une performance

Le modèle de pointe Galant GTI „Dynamic 4“ a été en 1988 le premier véhicule du monde à bénéficier de série d’une traction intégrale et de 4 roues directrices. Son système se basait sur une unité de commande électronique et un vérin hydraulique. Les roues arrière étaient braquées parallèlement aux roues avant, ce qui améliorait la maniabilité de la voiture en cas de changement de voie et de courbes rapides.

Traction intégrale, une compétence centrale

Depuis la limousine Galant GTI „Dynamic 4“ techniquement évoluée, Mitsubishi tient toujours des véhicules à traction intégrale dans son programme. Cela vaut aussi bien pour les voitures conventionnelles que pour les véhicules tout-terrain. D’innombrables victoires et un titre de champion du monde des rallyes démontrent bien la compétence des Japonais à travers les légendaires modèles Evolution des gammes Lancer et Pajero.

La transmission intégrale permanente se base pour l’essentiel sur un visco-coupleur. Des systèmes plus compliqués disposent d’un différentiel central et d’une réduction tout-terrain. À l’heure actuelle, les véhicules tout-terrain disposent de la transmission Super Select 4WD développée par Mitsubishi, avec divers modes sélectionnés par une molette et un répartiteur de force réglé électroniquement.

Branché turbo

Mitsubishi a très vite identifié la tendance et les avantages de la technique du turbo. Les Japonais ont démarré en 1981 en développant un turbocompresseur et un moteur 4-cylindres de 2 litres. Ce groupe, développant 170 ch, a d'abord été installé dans la Lancer, qui a ainsi pu franchir pour la première fois la barre des 200 km/h. Le même propulseur a ensuite aussi été monté dans la Galant plus grande en 1982. Dans le segment des petites voitures, un moteur turbo 1,4 litre apportait lui aussi des performances sportives . La Colt qui en était équipée a longtemps été un des véhicules les plus rapides de son segment. Grâce à d’autres véhicules, Mitsubishi a été un des premiers fabricants présentant une large palette de modèles turbo.

Les arbres d’équilibrage brevetés

Pour donner à un moteur 4-cylindres l’onctuosité d’une 6-cylindres ou même d’un 8-cylindres, on a développé la technique Silent Shaft au milieu des années 70. Cela consistait à intégrer au bloc moteur deux arbres d’équilibrage tournant deux fois plus vite que le vilebrequin, ce qui neutralise pratiquement toutes les vibrations. Mitsubishi a breveté ce système et a vendu des licences à Fiat, à Saab et à Porsche.

La première injection directe d’essence moderne

La première injection directe GDI pour moteurs à essence a été une révolution. À l’époque, tous les départements de développement travaillaient fiévreusement sur cette technologie. Mitsubishi participait naturellement à cette compétition. La première injection GDI est arrivée en Europe en 1997 avec la Carisma. Mais l’injection ne travaillait pas aussi bien qu’au Japon en raison de la qualité de nos carburants. Elle a toutefois été un jalon important pour la technique d’injection à présent utilisée par la plupart des fabricants, consistant à injecter le carburant sous haute pression directement dans la chambre de combustion.

Pionnier des véhicules spacieux

Mitsubishi a très rapidement reconnu qu’un habitable variable et de gros volume était l’un des principaux arguments de vente pour un véhicule familial. Alors qu’une foule de gros vans se disputaient le marché, Mitsubishi a inauguré le segment des vans familiaux compacts. Avec le Space Wagon lancé en 1983, Mitsubishi offrait une alternative à la fois attrayante et avantageuse. Peu après, Renault et Chrysler copiaient le concept en commercialisant les modèles Espace et Voyager.

Avec Space Wagon, le Space Star, le Space Runner et le Space Gear, les Japonais disposaient dès les années 90 et en exclusivité de toute une gamme de véhicules pratiques et à grand espace intérieur.

La transmission automatique INVECS III

Le cœur de la transmission automatique continue de Mitsubishi est l’électronique de commande INVECS affinée depuis des années et signifiant «Intelligent & Innovative Vehicle Electronic Control System». La différence avec les autres transmissions à variation continue CVT est que les passagers ne perçoivent rien de son fonctionnement. À l’accélération, ce sont six à sept rapports virtuels qui passent successivement et à vitesse stabilisée, la boîte choisit toujours le régime moteur le plus efficace; à la décélération, l’électronique, soutenue par de nombreux capteurs, commute intelligemment.

© MM Automobile Schweiz AG 2018. Tous droits réservés